Au fil des ans …

 


 LA PAROISSE SAINT-JOACHIM
DE CHÂTEAUGUAY

275ans

(1735 – 2010)

1673 – Le 29 septembre, le comte de Frontenac, gouverneur de la Nouvelle-France, concède à Charles Lemoyne la seigneurie de Châteauguay.

1683 – Dans l’inventaire de Charles Lemoyne, on signale la présence d’une chapelle dédiée à Saint-Joachim, sur l’Ile Saint-Bernard.

1735 – Construction d’une église de bois au Bassin ouest de la rivière. Une croix du chemin indique ce site au 236 d’Youville ; c’est le début de la paroisse.

1775-1779 – Construction de l’église actuelle, selon le plan Maillou : un clocher au centre, un oeil de boeuf, une fenêtre ovale, deux fenêtres symétriques de chaque côté.

1802 – Maître-autel fabriqué par Philippe Liébert ; on lui doit aussi le tombeau de l’autel, la corniche, le retable, le tableau de Saint-Joachim et son cadre.

1812 – Construction d’une sacristie et allonge du presbytère.

1830 – (vers…) Acquisition de quatre tableaux peints par Joseph Légaré :

La Sainte Famille de François 1er, situé du coté du presbytère dans la nef en entrant.
La Fontaine Probatique, situé du coté du stationnement.
La Vision de Saint-Jérôme, dans la coupole du choeur, coté gauche.
Le Baptême de l’eunuque de la reine Candace, dans la coupole du choeur coté droit.

1840 – Nouvelle façade de l’église comportant deux tours carrées et acquisition d’un tabernacle avec coupole d’Amable Gauthier.

Le 1er octobre, bénédiction de la 1re cloche dans la tour sud, du coté du presbytère.

1845 – Érection canonique de la paroisse par Mgr Ignace Bourget, évêque de Montréal.
1846 – Construction du presbytère actuel.
1850-1851 – Construction des jubés latéraux : celui à droite (coté ouest) était réservé aux élèves du couvent de la C.N.D. ; celui de gauche (coté est), pour les paroissiens qui n’ont pas de bancs attitrés.
– Différents travaux de menuiserie et de maçonnerie sont confiés à Vital Laberge, cultivateur et entrepreneur de la paroisse.
– Ajout de deux panneaux décoratifs à motif rococo et réfection de la peinture au goût du jour : imitation de chêne pour les boiseries et imitation de marbre pour l’autel.
1864 – Achat des autels latéraux que Mgr Fabre dédiera en 1877 :
*Médaillon marial, à droite, coté du stationnement, sous la toile de Légaré : La Fontaine Probatique.
*Sainte-Anne, à gauche, coté du presbytère, sous la toile de Légaré : La Sainte Famille.
1867 – 1re statue de Saint-Joachim installée au faîte de l’église en remplacement d’un élément de décoration passé mode soit une urne.
1887 – Construction de la sacristie actuelle sur un plan plus vaste qui servira aussi de chapelle en hiver.
1894 – Chemin de croix actuel acheté chez un dénommé A. Gauthier de Montréal.
– Décoration et ménage de l’église sous la gouverne du curé Chaput.
1913 – Installation de l’électricité dans l’église et supplément de décorations confiées à Xénéphon Renaud en 1914.
1918 à 1921 – Déplacement du cimetière « sur un terrain… fixé à l’angle ouest de la terre de la Fabrique » et installation d’un beau chemin de croix.
1926 – Achat de l’orgue actuel de la maison Casavant de Saint-Hyacinthe. Il a été remis à neuf à l’été 1987 par la maison Guilbault et Therrien au coût de 29 000$.
1935 – 2e statue de Saint-Joachim, à l’extérieur, sculptée par les frères Bourgault, de Saint-Jean-Port-Joli, dit-on.
1954 – Acquisition de la toile signée par Frank Peter. L’artiste s’inspire de la statue de Notre-Dame des champs, faite de papier mâché, un art qui disparaît. Cette statue fabriquée par les Soeurs Grises de Montréal a été acquise le siècle dernier.

1955 – Sous le curé David Mailloux, des démarches sont entreprises pour la reconnaissance patrimoniale de notre église au plan provincial.
1957 – L’église est reconnue monument historique du Québec.
1961 – Sous le curé Henri-O. Vaillancourt, on procède à l’agrandissement de l’église en reculant le mur de chaque côté pour les mettre à l’égalité des tours carrées des clochers. La nef est garnie de quatre colonnes carrées, éclairées par l’ajout de deux fenêtres (celles du choeur deviennent les premières de la nef, en avant). Des colonnes rondes d’origine, il ne reste que les deux colonnes qui supportent le jubé de l’orgue. La voûte est recouverte de contre-plaqué et peinte à la grandeur.
1962 – Bénédiction, par Mgr Percival Caza, de quatre nouvelles cloches : deux dans chacun des clochers.

1972 – Entente conclue entre la ville de Châteauguay-Centre et la Fabrique de Saint-Joachim pour « utiliser à perpétuité » le terrain de l’ancien cimetière en places de stationnement.
1985 – Installation de la statue actuelle qui orne à l’extérieur, le faîte central de l’entrée de l’église. Elle est l’oeuvre de Michel Lapointe, sculpteur de Montréal.
1985 à 2004 – Nouvelles décorations de l’église en accord avec la Commission des monuments historiques en vue du 250e de la paroisse. Ces travaux de rénovations sont confiés à Rosario Cusson de Drummondville. Les boiseries sont décapées et remises au bois naturel. Les tableaux de la voûte du choeur sont exhumés de leur retraite sous le contreplaqué et la peinture. Les dorures sont refaites à la feuille d’or et toute la peinture de l’église est refaite dans les tons de beige et de vert, pour rester fidèle aux couleurs originales de l’église.
1993 – Le Fonds Saint-Joachim organise durant 5 ans, un tournoi de golf, pour la réfection intérieure de l’église, réalisée en 1998.
1996 – Les portes extérieures sont changées, réparation et peinture du toit de l’église, et solidification des joints de mortier.
1997 à 1998 – Démarches entreprises pour la reconnaissance de notre église comme valeur et lieu historique national du Canada.
1998 – Après le verglas, de février à mai, réfection de la voûte de la nef ; travaux exécutés par André Domon inc. et Planitek. Chantal Clavet repeint les huit marouflés du plafond de la nef et la bande du Sanctus. Les panneaux décoratifs sont ramenés à l’égalité des colonnes existantes. Le tout est effectué selon les avis du Ministère de la Culture, de la Commission des arts sacrés et du patrimoine du diocèse de Valleyfield et de la Fabrique
Saint-Joachim, au coût de 140 000$.
2000 – Installation du système de détection d’incendie dans les bâtiments de la Fabrique, au coût de 10 000$.

– Aménagement d’un salon de la réconciliation dans l’un des confessionnaux, à gauche, à l’entrée de l’église.
– Le Carnet du Jubilé 2000 relate la vie paroissiale vécue durant les années 1900.
– Vitres gravées au portail central et gravure sur verre de la Vierge-Marie, oeuvres conçues et offertes par Denis Gagnon, artiste graveur.
2001 – Restauration du plancher du choeur de l’église au coût de 3 000 $.
– Début d’une campagne de financement pour le maintien et la restauration de l’église.
2002 – En septembre, remise de l’Icône de Cambrai, France. En décembre, Croix lumineuse reçue et installée à la croisée du boulevard d’Youville et de la rue Principale ; elle oriente la circulation vers l’ouest de la ville.
2003 – Le 1er juin, une plaque de Parcs Canada est remise aux autorités de la paroisse, officialisant l’église lieu historique national du Canada. Cette plaque est apposée sur un monolithe de pierre naturelle devant l’église. Le 16 juin, la paroisse reçoit de la Fondation du patrimoine religieux du gouvernement du Québec, une plaque pour souligner la reconnaissance de notre église : Monument Historique du Québec (1957).
2004 – Aération et réfection des solins du toit de l’église.
– Solidification de l’arche de pierres reliant le passage vers le stationnement.
2005 – Réfection des fenêtres extérieures de l’église et de la sacristie.
2006 – Restauration des murs de pierres de l’église et de la sacristie selon les devis de l’architecte et l’aide du Ministère de la Culture et du Patrimoine Religieux de la Montérégie et du Fonds Saint-Joachim – Club des 1000.
2007 – Études des pierres par un groupe d’étudiants de l’Université du Québec à Montréal.
2008 – Réfection des portes de l’église.
– Aménagement asphalté le long des côtés de l’église pour l’égouttement des eaux pluviales.
– En mai, plaque commémorative pour signaler 13 sépultures sous l’église : 1780-1892.
– En novembre, prélèvement d’échantillonnage dendrochronologique à l’intérieur de l’église pour établir « l’historique » des épidémies de tordeuse sur le thuya et l’épinette.
2009 – Réfection des fenêtres intérieures de la nef de l’église et du clocher. Construction par la Ville de Châteauguay d’un giratoire qui oblige l’empiètement sur le terrain de l’église et du presbytère.
2010 – Célébration du 275e de présence chrétienne dans la Seigneurie de Châteauguay. Remise d’une bannière aux 7 églises-communautés issues depuis 1735. 100e anniversaire de l’église-communauté Notre-Dame-de-Léry. Installation d’une plaque, à l’extérieur du mur ouest de l’église, indiquant un enclos paroissial (ancien cimetière) devenu un stationnement depuis 1973.

COMITÉ DU PATRIMOINE
Châteauguay/novembre 2010